jeudi 30 septembre 2010

Mini Cd

Hello,
Un long moment que je devais vous mettre les photos d'un mini que j'ai commencé pendant les vacances...
Ce chouette tuto nous a été donné par la talentueuse Fanny lors d'un atelier sur le forum l'atelier à scrap...
Alors pour moi c'est une première parce que je vous le fais en diaporama...
Me suis bien amusée à faire et ce mini, un gros merci à Fanny et ce diapo...je me la joue Hollywood!! pour ne pas dire Bollywood!!{lol...}





Matériel utilisé {de mémoire...}Du Jillibean Soup,  un petit peu de Crate paper, un petit peu de Studio Calico, un petit peu de Z'étiquettes, un petit peu de 4h37, mon vieux copain Bazzill, de la feutrine, tampons et étiquettes {imprimées sur un transparent} Bloomini Studio, perforatrice Fiskars, enveloppe Kraft de Maya Road ... quelques brads...de la ficelle de lin... j'ai dû oublié quelqu'un mais j'sais pas qui...ça m'apprendra à ne pas noter au fur et à mesure...


Ce mini sera pour mon petit dernier lorsqu'il sera grand, la page finale accueillera un cd avec " tout plein" de photos de lui retraçant sa première année... en referais un pour mon grand dans le même style... Mais là faut que je scanne les photos, parce qu'à l'époque "j'éto" pas au numérique!!

Merci pour vos commentaires, Margote, Lilibulle, Mylen...Marie Hélène ...Katell...Oup's! j'espère que je n'oublie personne, ça me fait très très très plaisir et ça m'encourage à continuer ce petit blog où je commence à me sentir vraiment bien!!
A bientôt

mercredi 22 septembre 2010

Une page...

Allez, je vous mets une page réalisée pendant nos vacances en Bretagne...
Elle avait été faite pour le blog écris ton scrap pour le défi de l'été...le journaling est à l'intérieur de l'enveloppe...
Je n'ai pas envoyé au blog mes pages pour ce challenge tout simplement parce que je n'avais pas réussi à faire la totalité des pages proposées (ai oublié d'emporter les sujets, c'est bêta!! ) et puis sur ce journaling je dis des choses très intimes à mes fils, avais pas trop envie de le montrer à d'autres lecteurs...
Voici ma page...


Matériel: papier Kési'art, des badges Zibuline, des brads, alphabet Basic Grey, des étiquettes d'Esprit Scrapbooking, des petits coeurs onirie sur transparent (freebies 2008)


Il manque le titre...mais j'attends le matériel pour le faire...j'y reviendrai...
MERCI pour vos passages sur mon blog et n'hésitez pas à y laisser un petit com. Ça me fait toujours très plaisir de les lire...
A très bientôt...

mardi 21 septembre 2010

39...


39???
Trente neuf????
Quoi, 39???
"Bin", oui 39...
39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39,39....
...

Bon, je vous explique, pas la peine d'appeler le samu...
J'ai pas pété un cable... non, non, non!!!
Il y a 4 jours j'ai eu 39 ans et j'avoue là que ça m'a fait un petit truc... comment vous dire???
Un petit quelque chose qui m'a fait réaliser que c'est la dernière année que je pourrais me gausser de faire partie de la trentaine... et que je vais entrer dans le club de la quarantaine... glurp...pas le choix...
Donc avant ce jour fatidique (où je ferais une méga fête!!!) je vais avoir une année... une toute petite année pour me conditionner!!!
Enfin, quelques consolations sont venues adoucir ce jour d'anniversaire:
Dh m'a offert ce parfum que j'aime tant et qui m'accompagne depuis un petit moment...



Et histoire de fêter la naissance de sa dulcinée, une ch'tite bouteille de gewurztraminer, mon vin préféré... de quoi oublier mon émoi et de petites tartelettes au citron de quoi compenser mon émotion ...lol!!!
Et puis, je me suis offert un outil de scrap que je zieutais depuis un moment :
Celui-ci:


Qu'est ce que c'est ? Les scrappeuses émérites que vous êtes doivent hocher la tête, connaisseuses vous savez, mais les autres, ceux qui se seraient égarés sur mon blog, non!!!

Ceci est LE I top d'Imaginisce...
Pourquoi faire?
This one:


Kesako?
It's un outil pour créer des brads comme on veut... Et comme les images seront plus limpides que les mots...
Je vous ai choisi une vidéo de Tim Holtz qui explique tout!!



Bon, moi je l'ai en rose parce que je ne  suis qu'une fille lol...
Et donc dès outil reçu je l'ai toute suite essayé et j'ai toute suite trouvé à ce mignon petit brad, une place sur le classeur que je venais rapidement de faire pour ranger les dessins de mon dernier qui commençaient à nous envahir!





Sur ce chef d'oeuvre d'art contemporain, je vous laisse.
 Pas sans vous remercier pour vos gentils commentaires qui me font très très mais alors très plaisir!!
A très bientôt!

dimanche 5 septembre 2010

Sakineh

Pas de scrap aujourd'hui mais un appel à la mobilisation des scrappeuses pour Sakineh...


Depuis que je suis toute petite je suis allergique à toute forme d'injustice... 
Et lorsque j'ai l'occasion de pouvoir faire quelque chose pour combattre l'une d'elle, je me lance au risque parfois de prendre des mauvais coups... mais comme on ne se refait pas , je persiste...


On parle beaucoup de Sakineh dans les médias, cette jeune femme accusée d'adultère et de complicité dans l'assassinat de son mari...et condamnée à la lapidation. Cette femme a déjà subi la torture pour la faire avouer,  des coups de fouet l'humiliation...


La règle du jeu (un site culturel) appelle à la mobilisation par la pétition, le voici:

Sakineh Mohammadi Ashtiani attendait dans la prison de Tabriz, à l’ouest de l’Iran, où elle croupit depuis cinq ans, la réponse à une demande de réexamen de son cas – prévue, initialement, pour le 15 août.
Son “crime” (qu’elle n’a avoué, rappelons-le, que sous la torture et qui consisterait, selon ses accusateurs, à avoir eu deux relations amoureuses hors mariage) avait déjà été puni par 99 coups de fouet administrés en présence de l’un de ses deux enfants.
Mais voilà qu’une nouvelle et nébuleuse accusation a débouché, il y a quelques mois, sur une condamnation à mort – et pas n’importe quelle mort puisqu’il devrait s’agir d’une mort par lapidation!
L’opinion internationale, touchée par l’horreur de cette menace qui pèse sur Sakineh, attendait avec elle la révision d’un verdict aussi inique que barbare – quand,  le 11 août dernier au soir, se produisit l’un de ces coups de théâtre dont l’Iran commence à être coutumière : le régime diffusait à la télévision, dans une émission de grande écoute, les prétendus « aveux » de la jeune femme qui, couverte par un tchador noir qui ne laissait voir que son nez et l’un de ses yeux, tenant une feuille de papier entre les doigts comme si elle récitait une leçon mal apprise, une voix off en farsi couvrant sa propre voix qui s’exprimait dans sa langue maternelle, l’azéri, confessait sa supposée “complicité” dans le meurtre de son mari.
Son actuel avocat, Hutan Kian, a affirmé que cette déclaration, contraire à toute vraisemblance, a été arrachée, à nouveau, sous la torture et rapporte que les enfants de Sakineh sont, quant à eux, « complètement traumatisés » par l’émission.
Outre le fait que l’on peut avoir des doutes sur l’identité de la femme qui est apparue ce soir-là, sur les écrans, dissimulée sous un tchador étonamment couvrant, ces propos vont, par ailleurs, clairement à l’encontre de ceux rapportés par le Guardian, la semaine dernière, et où Sakineh expliquait que les autorités iraniennes l’avaient déjà, en 2006, lavée de cette accusation infame; qu’elles mentaient donc sciemment en revenant ainsi sur une charge abandonnée depuis longtemps et ce dans le seul but de semer la confusion dans les médias et de les préparer à une exécution à la sauvette; et que la “justice” ne s’obstinait sur son cas que « parce qu’elle est une femme » et qu’elle vit « dans un pays où les femmes sont privées de leurs droits les plus élémentaires. »
Que Sakineh soit privée de ses droits les plus élémentaires, cela ressort du fait qu’elle n’a même pas eu droit, dans cette affaire, à un jugement limpide, dans une langue qu’elle puisse comprendre (« quand le juge a prononcé la sentence, a-t-elle déclaré au Guardian, je n’ai même pas réalisé que j’allais être lapidée à mort car j’ignorais ce que signifiait le mot “rajam”; ils m’ont demandé de signer la sentence, ce que j’ai fait, et quand je suis retournée en prison et que mes codétenues m’ont avertie que j’allais être lapidée, je me suis immédiatement évanouie»); cela est confirmé par les mésaventures de son ancien avocat, Mohammad Mostafaei, celui-là même qui a attiré l’attention internationale sur son cas et qui s’est vu, pour cela, menacé d’emprisonnement (il n’a dû son salut qu’à la fuite en Turquie où il attend un visa pour la Norvège – mais non sans que son épouse, Fereshteh Halimi, ait été retenue en otage et emprisonnée); et cela est attesté, enfin, par le fait que, nonobstant l’horreur de la chose même, et quitte à entrer dans les détails les plus scabreux, une mise à mort par lapidation n’est possible en “droit” iranien que lorsque la famille de  la victime en fait la demande (ce qui, dans le cas de Sakineh et de sa famille, n’est, evidemment, pas le cas!).
Mais par delà ces considérations dans lesquelles nous n’avons ni le goût ni peut-être, désormais, vraiment le temps d’entrer, il est urgent d’intervenir pour empêcher une mise à mort dont les observateurs de la scène iranienne ont tout lieu de redouter l’imminence.
Il est urgent de répondre à l’appel des enfants de Sakineh, Fasride et Sajjad Mohammadi Ashtiani, nous adjurant de ne pas fermer les yeux sur une mise en scène aussi grossière et de ne pas laisser leur « cauchemar devenir réalité ».
Il est urgent d’exiger des autorités, pour Sakineh, le renoncement à toute  forme d’exécution, une remise en liberté sans délai et la reconnaissance de son innocence.
Des dizaines de femmes sont, chaque année, en Iran, condamnées au fouet, à la lapidation ou à d’autres peines dont la barbarie glace, tout autant, les sangs: il est urgent, au-delà même du cas de Sakineh, que l’ONU rappelle au régime des Mollahs les promesses faites, en 2002 et en 2008, quant à l’abolition de ce type de châtiments.
La vie d’une femme est jeu.
La liberté et la dignité de milliers d’autres se jouent également là.
Et il s’agit enfin de l’honneur d’un grand pays, doté d’une culture aussi magnifique qu’immémoriale, et qui ne peut se voir résumer, sous les yeux du monde, au visage ensanglanté, réduit en bouillie, d’une femme lapidée.


J'ai signé la pétition ici



Peut-être s'agit-il d'un combat perdu d'avance, mais je veux y croire...
Si l'on a une chance même minime, même toute riquiqui... même si c'est une nano chance de faire fléchir cet état totalitaire... Pourquoi ne pas la tenter??


Plus nous serons nombreux à signer, plus cette chance de sauver Sakineh sera réelle...


Alors relayons ensemble cette information ( mon blog est peu connu mais si une scrappeuse plus connue passe par ici, ça peut être le début d'une longue chaîne...) 
Signons cette pétition... Ça ne prend que quelques secondes ...
A très bientôt...